DEFIL'ECO | Pays invité – Sud Tunisie
1269
page-template-default,page,page-id-1269,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

Pays invité – Sud Tunisie

La Coopérative des artisanes « Mergoum » à Ouedref

Oussama Gmati, coordinateur de l’asbl Tanit, en Pierreuse, qui participe à Défil’éco en binôme avec les « Elecrtons libres » développe aussi un axe de coopération Nord-Sud avec, notamment, la création d’une coopérative visant à protéger les femmes artisanes « Mergoum » d’Ouedref. La motivation par laquelle s’exprime le projet de la coopérative des artisanes «Mergoum» est fondée sur la croyance aux valeurs de l’honnêteté, la transparence, la responsabilité sociale et l’altruisme.Constatant une réelle exploitation du secteur artisanal et des artisanes, dans la région concernée, ainsi qu’un appauvrissement, culturel et économique, du village de Ouedref, une nécessité est apparue ; La sauvegarde du patrimoine culturel et la lutte contre la pauvreté.Pour rester vivant, le patrimoine culturel doit être pertinent pour la communauté, constamment recréé et transmis d’une génération à l’autre. Or, en l’absence de conditions favorables au travail et d’un revenu décent, le patrimoine perd de sa pertinence et sa viabilité n’est plus assurée. Cependant, le patrimoine culturel n’a pas seulement une valeur économique directe découlant de la consommation de ces produits par la communauté elle-même ou par d’autres grâce au commerce. Même si celle-ci contribuera, certes, à la lutte contre la pauvreté. Le patrimoine joue, aussi, un rôle majeur en dotant la communauté d’un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à la cohésion sociale, sans laquelle le développement est impossible. D’autre part, l’aspect écologique et environnemental du projet n’est pas à négliger. Le soutien à une activité artisanale, contribuera au développement durable de la communauté grâce à des politiques de valorisation de produits issus de son ‘’terroir’’, qui vont à l’encontre de la production de masse. En outre, le retour aux techniques artisanales de production de la laine et du coton ainsi que la coloration du textile par les pigments naturels (épices, fruits, charbon..etc) sont envisagés. Permettant, ainsi, de retrouver cette culture traditionnelle qui évitera toute utilisation de produits nocifs pour l’environnement.

« 1 de 4 »

Photographes : Michel Reculé, Christian Kerf, Bernard Schoonbroodt, Quentin Perot, Muriel Joye, Judith Wirtzfeld, Vincent Léonard.